Partenaires
Affichez votre bannière ici



 

 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs  AlbumAlbum   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

anguille : Moratoire de 5 ans refusé + pétition FNPF
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Carnavenir Index du Forum -> Ichtyologie
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Le pêcheur du 59



Inscrit le: 18 Déc 2004
Messages: 1471
Localisation: Nord
Groupes d'utilisateurs: Aucun

MessagePosté le: Lun Déc 29, 2008 7:12 pm    Sujet du message: Répondre en citant

anguille fumée à 32,95 euros/kg ce matin à la poissonnerie du supermarché Crying or Very sad, dépêchez vous dans quelques années ce ne sera plus qu'un souvenir
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
STC



Inscrit le: 09 Mai 2006
Messages: 140
Localisation: 17 (Jonzac)
Groupes d'utilisateurs: Aucun

MessagePosté le: Sam Fév 21, 2009 9:58 pm    Sujet du message: Répondre en citant

article << sud-ouest >> du 07/02

07 Février 2009

POLÉMIQUE AUTOUR DE L'ANGUILLE. Les pêcheurs amateurs s'estiment injustement sanctionnés par le gouvernement
Un serpent de mer

Les amateurs estiment que les pêcheurs de civelles (ici sur la Sèvre Niortaise) sont les principaux responsables de la disparition de l'anguille. (photo archives dominique jullian)
Les amateurs estiment que les pêcheurs de civelles (ici sur la Sèvre Niortaise) sont les principaux responsables de la disparition de l'anguille. (photo archives dominique jullian)

A force de se mordre la queue, ce serpent de mer ne devrait plus tarder à s'étouffer. Car si tout le monde reconnaît aujourd'hui que la population d'anguilles ne cesse de décliner, dans le Marais poitevin comme ailleurs, personne, en revanche, n'est d'accord avec les solutions proposées. Ainsi le « plan de gestion anguilles » récemment transmis à Bruxelles par le gouvernement français fait-il l'unanimité contre lui.

Au lieu d'envisager des restrictions à la source - en réduisant massivement le volume de civelles (1) pêchées par les professionnels -, le ministère de l'Agriculture préfère en effet taper là où cela fait moins mal, et surtout moins de bruit : les pêcheurs amateurs. Jusqu'alors autorisés à taquiner l'anguille argentée tout au long de l'année, ceux-ci devront se contenter d'une saison limitée à cinq mois l'an prochain.

La « vermée » interdite ?

Plus grave encore, selon les 8 000 pêcheurs amateurs recensés en Charente-Maritime, Vendée et Deux-Sèvres, la traditionnelle pêche de nuit à la vermée est sur le point d'être interdite. « Cette idée, la seule ou presque que Michel Barnier a eu pour répondre à l'Europe qui lui demandait de préserver l'espèce, est une pure arnaque », assure Yann Hélary, président du Parc interrégional mais aussi, ne l'oublions pas, élu Vert au Conseil régional des Pays de la Loire.

« Tout le monde sait que cette pêche marginale pratiquée essentiellement par des retraités n'est absolument pas destructrice pour les anguilles. Une goutte d'eau même par rapport aux quantités de civelles prélevées chaque année par les bateaux des professionnels. »

« Patrimoine condamné »

Jusqu'à 20 tonnes, par exemple, dans la baie de l'Aiguillon... sachant qu'un gramme de civelle représente trois individus. Mais aussi, il faut l'admettre, que les braconniers sont nombreux à frayer dans les eaux troubles du Marais.

À l'unanimité, les maires des 75 communes bordant le Marais poitevin viennent donc d'envoyer un courrier plein d'amertume et de rancoeur au ministre de l'Agriculture et de la pêche. Les pieds dans l'eau malgré une température trop fraîche pour ne pas rentrer bredouille, les pêcheurs, hier, ne semblaient guère optimistes pour autant. « Au-delà des polémiques, en menaçant la pêche à la vermée c'est aussi un patrimoine culturel que l'on condamne », prévient Noël Germaneau.

« Les scientifiques estiment qu'il faut conserver 60 % du stock de civelles, et 40 % des anguilles argentées pour assurer leur reproduction. Alors, bien sûr, on nous dit que les pêcheurs professionnels vont être obligés de réduire leurs prises de civelles de 30 %... mais c'est justement la baisse naturelle provoquée par la disparition de l'espèce. »

(1) Pondue dans la mer des Sargasses, la larve, aidée par les courants, entame une traversée de près de 6 000 km qu'elle effectue, semble-t-il, en un peu moins d'un an, pour arriver civelle sur nos côtes vers la fin octobre et jusqu'à avril-mai, avec un pic en janvier-février. Elle mesure alors de 55 à 75 mm et pèse entre 0,20 et 0,30 g. (2) En Aunis, la vermée est un paquet de vers de terre que l'on attache au bout d'une ligne sans hameçon pour prendre les anguilles.
Auteur : sylvain cottin


*************

article << sud-ouest >> du 19/02



<< Sud-Ouest >> du jeudi 19/02

-------------------------------------------------------------------------------

PÊCHE. Avenir sombre sur le métier de la civelle. La réglementation se resserre pour limiter l'effort de pêche. Des marins charentais jettent l'épongent. Ils décident d'envoyer leurs civelliers au plan de sortie de flotte

Les pibales ont le mal de mer

Didier Maillet s'est résigné, il veut envoyer son bateau à la casse. (photo philippe baroux)Marée basse au petit port de l'Éguille-sur-Seudre. Ventre collé à la vase, le « Carion » incline à ne plus changer de position. Cadres de pêche armés à la pibale de part et d'autre de la coque, comme les deux bras en croix d'un calvaire. Didier Maillet s'est résigné. Il vient de proposer son bateau à la prochaine vague du plan de sortie de flotte. La casse, comme une porte dérobée au bout d'un couloir long de neuf années de pêche à la civelle.

Le pêcheur craint que le resserrement réglementaire, destiné à reconstituer le stock d'anguilles, n'hypothèque l'avenir. Il craint aussi que son vieux coureauleur trentenaire ne succombe à une prochaine avarie mécanique. Mais plus que tout, il craint que le banquier n'accepte pas davantage de financer ses dettes. C'est ainsi qu'il regarde en face l'avenir de son « Carion », 8,80 mètres de coque achetés il y a neuf ans, et espère la compensation à une sortie de flotte : un chèque de 68 000 ? qui éteindrait entre 40 000 et 50 000 euros de dettes.

Le cas n'est pas isolé. Sur les 34 bateaux charentais-maritimes candidats pour prendre cette vague de sortie de flotte (plus de 10 % d'une flottille professionnelle comptant 274 bateaux), 22 travaillent la civelle. Mais tous ne seront pas retenus par l'administration, l'enveloppe nationale de financement du plan n'est pas extensible.

« La pire de mes saisons »

La pibale ne nourrit donc plus son homme. La flamme de ceux auxquels l'alevin avait offert maisons, piscines et train de vie, ne brille plus. « Sur ces neuf années, je n'ai fait que deux bonnes saisons. Cette année, c' est la pire de toutes, déplore Didier Maillet. Peu de pibales, un cours faible. Quand un collègue pêche un kilo par sortie, il est heureux. » Un kilo, ou un chiffre d'affaires de 450 ? quand les cours sourient ; plutôt entre 230 et 320 ? cette campagne.

Il y a quatre ans, Didier Maillet échappa au jugement dernier. « J'avais 15 000 de retard de trésorerie, et je devais encore 30 000 euros à la banque. Au mois d'octobre, le service contentieux de la banque m'avait tout réclamé. En février, l'année suivante, tout était payé. » Mais c'était l'une des deux belles campagnes qu'il a gardées en mémoire. Les quatre années suivantes, son entreprise a redessiné la spirale de l'endettement. Il a fallu en plus contracter un nouvel emprunt de 20 000 euros pour des travaux d'entretien et une mise aux normes, l'achat d'un canot de sauvetage. Le bateau est hypothéqué. « L'année dernière, déjà, j'ai hésité pour la sortie de flotte. Mais je me suis lancé trop tard. Cette fois, pas d'hésitation. Une mauvaise saison de plus, et mes dettes dépasseront la valeur du bateau. La banque ne suivra plus. »

Si l'administration accepte qu'il tourne la page, Didier Maillet se consacrera entièrement à l'autre pêcherie qui alimente son compte jusqu'à couvrir, parfois les déficits contractés sur la civelle. C'est la pêche à pied professionnelle de palourdes. Le marin dispose d'une licence professionnelle.

À Bonne Anse, il peut ainsi relever 70 kg de coquillages à chaque marée. A 5 euros le kilo, le résultat d'une pêche atteint, voir dépasse celui d'une marée à la pibale. Frais en moins. « J'en ai marre de me crever pour faire des dettes. Je ne serai jamais riche, mais avec la palourde, au moins, je pourrai vivre. »

50 % du chiffre d'affaires

Cette alternative, les civelliers de l'estuaire ne l'ont pas. Les pêcheurs de la Gironde, à l'inverse des pêcheurs des pertuis, ne peuvent pas, ou peu, se rabattre sur d'autres espèces, comme la seiche, la coquille saint-jacques ou le pétoncle.

Les eaux de la Gironde sont donc plus troubles que jamais. Car il faut aussi compter avec les menaces qui pèsent sur les exportations de pibales vers l'Asie, l'obligation de consacrer dès l'an prochain 35 % de leur pêche au repeuplement, 60 % à l'horizon 2013, le tout poli par les incertitudes et le flou qui accompagnent la transcription en France du règlement européen sur la civelle.

Dans la famille Lys, on est pêcheur depuis quatre générations. « Un métier dans le sang », comme le dit l'héritier de la lignée, Sébastien, 40 ans. « Lorsque je me suis installé il y a vingt et un ans, la pibale représentait 30 à 40 % de notre chiffre d'affaires. C'est 50 à 80 % aujourd'hui. » L'étau s'est resserré. Moins de lamproies, un moratoire sur l'alose. Du coup, les espèces encore disponibles ont vu croître leur poids économique.

La nouvelle donne de Bruxelles pour la reconstitution des stocks d'anguilles doit, en théorie, s'imposer dès la prochaine saison, à l'automne de cette année. Les pêcheurs en connaissent l'esprit. Mais l'Europe ne leur a pas encore dit si elle acceptait le plan de gestion qui en découle. On leur rebat pourtant les oreilles avec l'urgence... « Nous ne savons pas à quelle sauce nous allons être mangés. Mais il y a neuf chances sur 10 que nous soyons mangés. » Pari sans illusion. « Si demain, ou dans cinq ans, on ferme la pêche à la civelle, si nous n'avons plus l'alose, si, pour une raison ou une autre, le maigre vient à manquer, nous disparaîtrons de l'estuaire. »

L'enjeu tient en un mot. Survie. Les négociations sur la civelle n'ont pas encore abouti. Les professionnels ignorent qui, comment et à quel prix sera organisé et financé le repeuplement. Alors, ils réservent à plus tard un éventuel coup de gueule. Fut-il violent. Fut-il même le dernier avant la disparition du métier.

une solution de facilité

Pour l'heure, le propos de Sébastien Lys tire des bords. « La facilité, quand on est confronté à la diminution d'une ressource, c'est dire "on ferme la pêche pour protéger". C'est simple. Et ça ne coûte pas cher à l'État. Mais ça n'est pas la solution. » Le chemin du raisonnement est tracé. Le Comité national des pêches évoque ainsi la pollution des milieux, et incite à remonter à la source. « Les mesures concernant le repeuplement constituent l'un des seuls moyens de contribuer à la restauration de l'anguille. Mais, en attendant l'application complète des recommandations en matière de conservation des habitats aquatiques de l'espèce, et de la libre circulation des civelles et des anguilles, notamment au niveau des équipements hydroélectriques. » Les pêcheurs ne veulent pas être les boucs émissaires. Mais quand ce temps viendra, restera-t-il des civelliers à Mortagne-sur-Gironde ou dans le petit port de l'Éguille-sur-Seudre ?

----------------------------

Trois questions à François Foucaud
Directeur de l'Association du grand littoral atlantique (Aglia), à Rochefort

1 Les pêcheurs professionnels vous ont approché sur ce dossier civelle. A quelle fin ?

Précisons d'emblée que l'association du grand littoral atlantique n'est pas en première ligne sur ce dossier. Mais elle est prête à travailler aux côtés de l'administration. Effectivement, les pêcheurs nous ont sollicités. Pour les aider à mettre en place la logistique du repeuplement. Il s'agirait d'organiser l'approvisionnement des opérateurs qui en auraient la charge, en faisant le lien avec les producteurs de civelles. Ce qui revient à organiser la mise à disposition des civelles, et le contrôle sanitaire.

les mesures de préservation de l'espèce, ne présentent-elles pas des limites ?

Pour respecter la réglementation qui va s'imposer sur le repeuplement, et au cours actuel de la civelle, il faudrait chaque année une enveloppe de 2,8 millions d'euros pour acheter ces civelles destinées au repeuplement. On ne sait pas qui va payer cette somme. Certains parlent de sponsors, comme EDF. Mais c'est encore loin d'être une évidence.

Il y a une autre limite, technique celle-là. Le problème à résoudre, c'est d'avoir la certitude d'utiliser des animaux indemnes. Cela suppose d'organiser le traitement sanitaire. Nul ne sait en effet aujourd'hui quels seront les risques de mortalité sur ces lots.

3 Qui procéderait à ces repeuplements ?

C'est un autre sujet de préoccupation. Parce que les gestionnaires des espaces où l'on peut réintroduire l'anguille ne sont pas forcément favorables à cette démarche. Il y a, parmi les opérateurs potentiels, les associations de pêcheurs amateurs. Ils ne sont pas trop favorables à l'anguille, une espèce qu'ils considéraient comme nuisible jusqu'à il y a peu de temps. Pour toutes ces raisons, le repeuplement, s'il est inscrit dans les textes, se heurtera en pratique à des difficultés.

----------------------------------------------

La porte des exportations vers l'Asie risque de se refermer

L'anguille est un poisson migrateur au cycle encore mystérieux. À ce que l'on suppose, elle se reproduit de l'autre côté de l'Atlantique, dans la profondeur de la mer des Sargasses. Transportées par les courants de l'Atlantique nord, les larves deviennent civelles (ou pibales) en approchant le plateau continental européen, avant de coloniser les eaux intérieures où elles se développeront.

Le déclin de l'espèce dans les eaux européennes s'est nettement révélé dans les années 80, quand a été constatée la forte diminution des remontées de civelles dans les estuaires. Depuis cette période, la situation n'a eu de cesse de se détériorer. La pêche française représente 80 % de la production totale européenne de civelles. 690 unités maritimes de 7 à 12 mètres, 225 pêcheurs fluviaux, travaillaient ce poisson en 2007, selon une étude socio-économique de l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer.

260 licences charentaises

En Charente-Maritime cette année, l'administration a donné son feu vert pour délivrer 260 licences de pêche. En croisant les données tirées de déclarations de pêche et les informations communiquées par les mareyeurs spécialisés, le Comité national des pêches a estimé la production de civelles entre 75 et 80 tonnes pour la campagne 2006-2007. Un chiffre qui pourrait avoir baissé depuis.

Ces données replacent en perspective les nouvelles contraintes réglementaires qui vont s'imposer à la flottille pour la campagne de pêche 2009-2010. Le 13 mars prochain doit entrer en vigueur la convention CITES (dite convention de Washington) sur le commerce international des espèces sauvages menacées d'extinction. La fixation d'un quota à l'export vers la Chine, l'un des gros débouchés de l'espèce, est en discussion. La crainte ? Que toute exportation vers l'Asie soit interdite.

Autre volet, le règlement européen du 18 septembre 2007. Il prévoit des mesures de reconstitution des stocks d'anguilles. La proposition française de plan de gestion qu'induit cette norme a été transmise fin 2008 à la commission européenne. Qui ne s'est pas encore prononcée. Les professionnels s'inquiètent « que le règlement européen se focalise principalement sur la limitation des activités halieutiques », sans s'attaquer aux autres facteurs de mortalité de l'anguille, pollution des habitats, installations hydroélectriques sur les cours d'eau, etc.

------------------------------


le nouveau marché


En aval de la filière, dans le négoce, un nom fait référence. Celui de Gurrutchaga que portent, à Charron, les frères Jérôme, Olivier et Dominique. Ils ont repris l'atelier de mareyage, fondé par leur père en 1965, une entreprise spécialisée dans la collecte et l'exportation de civelles : près de 50 % de la production française.

À l'heure de la mutation annoncée de la filière, Jérôme Gurrutchaga évoque l'avenir de l'entreprise. « Notre objectif ? Lancer le repeuplement dans toute l'Europe. C'est le nouveau marché qui va s'ouvrir. Nous avons déjà signé des contrats avec l'Allemagne, les Pays-Bas, pour 30 millions de pièces, l'équivalent de 10 à 12 tonnes. Ce matin (NDLR, hier), 80 kg sont partis de l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle pour la Pologne. Dans ces pays du nord de l'Europe, des producteurs d'électricité, comme EDF, subventionnent le repeuplement. On les dit en partie responsables de la disparition de l'anguille, alors ils travaillent leur image. En France, j'ai suggéré aux professionnels de créer une association regroupant pêcheurs et mareyeurs. Elle irait rechercher des fonds nécessaires au repeuplement. L'association du grand littoral atlantique (Aglia), organisme bien perçu, pourrait l'intégrer et apporter une dimension politique. »

Auteur : Philippe baroux
_________________
mon Blog "pêche et nature" : http://stcalapeche.blogspot.com/

Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
RCA



Inscrit le: 30 Jan 2005
Messages: 10507

Groupes d'utilisateurs: 
[ Adhérent 2015 ]

MessagePosté le: Sam Fév 21, 2009 10:44 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Merci beaucoup pour ces articles très significatifs Wink
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
gb24



Inscrit le: 02 Déc 2007
Messages: 355

Groupes d'utilisateurs: Aucun

MessagePosté le: Dim Fév 22, 2009 11:30 am    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
L'étau s'est resserré. Moins de lamproies, un moratoire sur l'alose

Shocked , En fait le stock d'aloses est passé en qques années d'environ 1 million d'individus à qques milliers, vraisemblablement à cause de la surpêche. En fait le moratoire n'est pas la cause de leurs difficultés mais serait la conséquence de leurs agissements. Il n'est pas exclu que la lamproie suive le même chemin, même si elle a la chance de ne "subir" qu'une consommation essentiellement locale.

Citation:
3 Qui procéderait à ces repeuplements ?

C'est un autre sujet de préoccupation. Parce que les gestionnaires des espaces où l'on peut réintroduire l'anguille ne sont pas forcément favorables à cette démarche. Il y a, parmi les opérateurs potentiels, les associations de pêcheurs amateurs. Ils ne sont pas trop favorables à l'anguille, une espèce qu'ils considéraient comme nuisible jusqu'à il y a peu de temps. Pour toutes ces raisons, le repeuplement, s'il est inscrit dans les textes, se heurtera en pratique à des difficultés.


Alors là, c'est l'apothéose, le beurre, l'argent du beurre et le ... de la crémière à l'inverse pour les pêcheurs aux lignes.
Celà fait des décennies que les instances de la pêche de loisir ont tiré le signal d'alarme sur la raréfaction de l'anguille et on ne va pas tarder à les tenir pour responsables de sa disparition,alors qu'ils seront les seuls, de surcroit, à ne plus pouvoir la pêcher
Là où ils ne sont effectivement pas d'accord, c'est pour que l'argent des pêcheurs aux lignes (voir des contribuables) serve à financer la pêche professionnelle.

Un bel exemple s'il en était besoin des capacités de lobbying des pros
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
RCA



Inscrit le: 30 Jan 2005
Messages: 10507

Groupes d'utilisateurs: 
[ Adhérent 2015 ]

MessagePosté le: Dim Fév 22, 2009 12:43 pm    Sujet du message: Répondre en citant

D'autant que, si je ne m'abuse, l'histoire du repeuplement est une fumisterie non ? Arrêtez moi si je me trompe, mais l'anguille ne se reproduit pas en eau douce, donc on ne sait pas faire des élevages d'anguilles pour produire des juvéniles. Vrai ou pas ? Dans ce cas, "repeupler" ça veut dire prélever des anguilles ici pour les remettre ailleurs, quel intérêt ?

Citation:
« Notre objectif ? Lancer le repeuplement dans toute l'Europe. C'est le nouveau marché qui va s'ouvrir. Nous avons déjà signé des contrats avec l'Allemagne, les Pays-Bas, pour 30 millions de pièces, l'équivalent de 10 à 12 tonnes. Ce matin (NDLR, hier), 80 kg sont partis de l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle pour la Pologne. Dans ces pays du nord de l'Europe, des producteurs d'électricité, comme EDF, subventionnent le repeuplement. On les dit en partie responsables de la disparition de l'anguille, alors ils travaillent leur image. En France, j'ai suggéré aux professionnels de créer une association regroupant pêcheurs et mareyeurs. Elle irait rechercher des fonds nécessaires au repeuplement. L'association du grand littoral atlantique (Aglia), organisme bien perçu, pourrait l'intégrer et apporter une dimension politique. »


Si je comprend bien ça, des pêcheurs pros prélèvent des anguilles chez nous, et les vendent à d'autres pays pour "repeupler". Peut-être que les pêcheurs pros de ces pays les pêcheront à leur tour pour nous les revendre afin aussi de "repeupler" ? Rolling Eyes

Je me goure complètement où c'est ridicule comme schéma ??? nuts
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loutre47



Inscrit le: 13 Nov 2006
Messages: 1000
Localisation: lot et garonne
Groupes d'utilisateurs: Aucun

MessagePosté le: Dim Fév 22, 2009 2:21 pm    Sujet du message: Répondre en citant

C'est exactement ça marteau,et la pratique est ancienne,la hongrie qui n'a aucune population d'anguille a longtemps été un très gros producteur grace à des achats de civelles à "l'étranger" Mr. Green
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
lucioperca



Inscrit le: 18 Déc 2004
Messages: 1926

Groupes d'utilisateurs: Aucun

MessagePosté le: Dim Fév 22, 2009 4:15 pm    Sujet du message: Répondre en citant

+1 Crying or Very sad Crying or Very sad
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
gb24



Inscrit le: 02 Déc 2007
Messages: 355

Groupes d'utilisateurs: Aucun

MessagePosté le: Dim Fév 22, 2009 4:52 pm    Sujet du message: Répondre en citant

RCA a écrit:
"repeupler" ça veut dire prélever des anguilles ici pour les remettre ailleurs, quel intérêt ?


L'intérêt est écrit à mots couverts dans le rapport de l'Onema sur le plan anguille
http://www.onema.fr/IMG/pdf/plaq-anguille.pdf

Page 8:
Citation:

Pour se faire, les États membres qui autorisent la
pêche des jeunes anguilles doivent mettre en
place un dispositif permettant aux États membres
qui le souhaitent d’acheter de jeunes anguilles à
des fins de repeuplement. Il s’agit d’une mesure
« compensatoire » qui permet de maintenir une
activité halieutique.


A la place d'"activité halieutique",vous aurez compris qu'il faut lire "pêche pro"
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Le pêcheur du 59



Inscrit le: 18 Déc 2004
Messages: 1471
Localisation: Nord
Groupes d'utilisateurs: Aucun

MessagePosté le: Dim Fév 22, 2009 5:39 pm    Sujet du message: Répondre en citant

sans compter que les "civelles de repeuplement" subissent une mortalité
non négligeable durant les transferts etc
je pense qu'on aura été la dernière génération à pêcher l'anguille Crying or Very sad quand je pense qu'étant gamin, une canne en bambou, quelques vers de terre, et direction les fossés (j'ose même pas appeler çà des ruisseaux)....
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Le pêcheur du 59



Inscrit le: 18 Déc 2004
Messages: 1471
Localisation: Nord
Groupes d'utilisateurs: Aucun

MessagePosté le: Dim Mar 08, 2009 5:51 pm    Sujet du message: Répondre en citant

un petit passage de l'anguille sur la une
http://tf1.lci.fr/infos/sciences/0,,4296906,00-l-anguille-joue-sa-survie-.html

profitons de ces dernières images dead
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
bouguenec



Inscrit le: 03 Aoû 2007
Messages: 696

Groupes d'utilisateurs: 
[ Adhérent 2014 ]

MessagePosté le: Dim Mar 08, 2009 8:14 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Bonsoir,

J'ai bcp aimé les articles de STC. Ca a répondu à une de mes interrogations qui était de savoir pourquoi le plan de sauvegarde est si timide: c'est clair que c'est très difficile de dire à un pêcheur qu'il faut qu'il arrête cette pêche sans être capable de lui proposer aucune alternative.

Pas facile tout ça
_________________
Bouguenec
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
RCA



Inscrit le: 30 Jan 2005
Messages: 10507

Groupes d'utilisateurs: 
[ Adhérent 2015 ]

MessagePosté le: Ven Fév 19, 2010 12:43 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Communiqué FNPF de ce jour :

Citation:
2010, année internationale de la biodiversité ?

La France et l’Europe renoncent à sauver l’anguille


Lundi 15 février l’Europe a validé le plan français de gestion de l’anguille. Ce plan confirme les craintes de la Fédération Nationale de la Pêche en France. Il condamne cette espèce à la disparition de nos cours d’eau.

Le manque d’ambition, d’équité ainsi que d’efficacité du plan français ont été fermement dénoncées il y a déjà un an par les pêcheurs, en s’appuyant sur des avis scientifiques concordants. Le stock d’anguille est actuellement en dessous du seuil de renouvellement des générations !

La FNPF, représentant 1,4 million de pratiquants est engagée dans la gestion et la préservation de la biodiversité de nos rivières. Consciente de ses responsabilités, elle a dès les premières réunions de concertation, alerté sur la nécessité de prendre des mesures immédiates, énergiques et courageuses.

Elle a proposé un moratoire général et absolu de 5 ans interdisant toutes les formes de prélèvements, d’une espèce, classée en danger critique d’extinction au niveau mondial, pour lui permettre d’atteindre un niveau de colonisation des rivières et grands bassins français compatible avec sa survie.

Elle proposait également des mesures fortes en matière de franchissement des ouvrages pour permettre à l’anguille d’accomplir son long cycle biologique vital en eau douce dans les meilleures conditions et de pouvoir repartir en mer pour s’y reproduire.

Cette position, c’est avec vigueur que la FNPF la tient encore aujourd’hui.

Une pétition lancée auprès du grand public, appuyant les deux demandes de la FNPF, a permis de récolter 13 185 signatures. Elle a été remise en mains propres à la Commission Européenne en juin 2009.

Malgré cette mobilisation, la Commission européenne a approuvé le plan français.

Ce plan n’est pas digne des efforts que tous les acteurs, en responsabilité, auraient dû consentir. Avec celui-ci l’anguille va disparaître inexorablement d’ici quelques années.

Mieux, l’exportation vers la Chine et la Japon des civelles européennes a été autorisée alors même que l’espèce est en voie de disparition !

« Nous sommes résolus à tout faire pour que l’anguille, poisson emblématique de nos cours d’eau, ne connaisse pas le trépas auquel les décideurs le conduisent inévitablement. Nous en avons hérité comme un patrimoine commun et nous entendons bien le transmettre aux générations futures », soulignent Claude Roustan, président de la FNPF et Jean-Paul Doron, 1er vice-président en charge du dossier anguilles.

Face à cette situation, la FNPF n’a pas dit son dernier mot et prévoit de continuer son combat pour sauver cette espèce patrimoniale.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
loutre47



Inscrit le: 13 Nov 2006
Messages: 1000
Localisation: lot et garonne
Groupes d'utilisateurs: Aucun

MessagePosté le: Ven Fév 19, 2010 2:05 pm    Sujet du message: Répondre en citant

RCA a écrit:

Mieux, l’exportation vers la Chine et la Japon des civelles européennes a été autorisée alors même que l’espèce est en voie de disparition !


Comme ça si dans une dizaine d'années il arrivent à maitriser la repro on poura leur en acheter marteau
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
gb24



Inscrit le: 02 Déc 2007
Messages: 355

Groupes d'utilisateurs: Aucun

MessagePosté le: Dim Avr 10, 2011 9:06 am    Sujet du message: Répondre en citant

http://lagaulenantaise.fr/articles.php?lng=fr&pg=326

Une fois n'est pas coutume, la collusion notoire entre l'État français et les pêcheurs aux engins est remise en cause yep
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
gb24



Inscrit le: 02 Déc 2007
Messages: 355

Groupes d'utilisateurs: Aucun

MessagePosté le: Dim Juin 03, 2012 2:24 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Apparemment les pros et leurs amis sont pas contents et n'ont pas l'intention d'en rester là...

http://www.wwf.fr/s-informer/actualites/les-pecheurs-amateurs-d-anguilles-ne-veulent-pas-dans-leur-majorite-contribuer-au-plan-de-gestion-et-de-restauration-de-cette-espece
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Carnavenir Index du Forum -> Ichtyologie Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivante
Page 7 sur 8

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Forum de l'association Carnavenir - Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com

Anti Bot Question MOD - phpBB MOD against Spam Bots
Inscriptions bloquées: 112472